Catégorie : Le coin des minis lecteurs

Chnourka, Gaya Wisniewski

C’est la fin de l’hiver, et Tomek et ses amis rentrent de voyage. Ils arrivent chez Chnourka, la petite fille, qui les accueille et les réchauffe avec du thé et des biscuits. Installés au coin du feu, chacun conte le périple et les aventures … Le lendemain, il a neigé, et les amis sont les premiers à déposer leurs empreintes dans la poudreuse …

Maintenant, j’éteins la lanterne, la lune éclaire notre marche.

La neige est encore plus belle ainsi. Elle est tellement blanche qu’elle reflète nos rêves.

Quelle joie ! Le lac gelés, les jeux dans la forêt, le grand air, avant de revenir buller dans la petite maison au chaud … Mais bientôt, Mirko, en manque d’aventures, réclame de sortir. On est pas là pour hiberner ! Les autres ont la flemme, alors il part seul. Il rencontrera un oiseau qui n’ose pas sortir de sa cage ouverte, par crainte du dehors, à qui il fera découvrir la liberté, avant de tomber dans un trou … Comment ses amis pourront-ils venir le sauver, eux qui, blottis dans la chaleur de la petite maison, n’ont pas envie de sortir ?

Un album doux et absolument magnifique visuellement, dans lequel on se blottit, comme dans un cocon. Le texte est poétique, empreint de sensibilité, mais la grande force de l’album réside dans ses illustrations, qui ont un petit côté vintage, et une finesse incroyable. La petite maison dans les bois, la neige, les amis animaux , tout a ce côté réconfortant d’un joli conte d’hiver, à lire et à relire au coin du feu, avec son enfant.

Une très belle découverte !

Résultat de recherche d'images pour "gaya wisniewski chnourka"

Merci aux éditions Memo pour cette petite merveille …

La bulle des petits : Roland Léléfan bouquine

Oh la la, le coup de coeur, les amis ! Déjà, la couverture de ce petit album est mauve (ma couleur préférée). Hop, mon oeil est attiré. Je vois un petit éléphant tout choupi et le mot BOUQUINE. Comment passer à côté ?

Je l’ouvre, je fonds, je l’achète.

Pourtant il ne se passe pas grand-chose dans ce livre : c’est simplement Roland Léléfan (je vous ai dit combien il était choupi ?), qui bouquine. Tout le temps. Partout. Il a des livres jusqu’au plafond. Il se plonge dans son livre jusqu’à y disparaître. Il a beaucoup, beaucoup d’imagination, et se rêve capitaine de navire, ou chasseur de dragons.

C’est tout. Mais qu’est-ce que c’est chouette !

Déjà, Roland, je suis fan de sa bouille. On dirait un mini Pomelo (de Benjamin Chaud, un petit éléphant de jardin – quoi, j’ai un problème avec les éléphants ? pas du tout). Il se balade avec son livre (MAUVE), il apprend l’alphabet au petit lecteur, il donne envie de lire (et de l’avoir en peluche – tiens, c’est une idée, un appel à l’éditeur).

Ce petit album est entré par surprise dans mon coeur de maman bibliothécaire-amoureuse des livres-et du mauve-et des éléphants. Mini Louloute l’aime aussi beaucoup (surtout l’alphabet, elle va bientôt apprendre à lire, quel bonheur !).

Je vous laisse avec les images, vous serez conquis.

Oui, Lisette est amoureuse (gros crush commun)



J’aime bien écrire un petit mot dans les livres, petit souvenir …

Roland Léléfan bouquine, Louise Mézel, La Joie de Lire, 2019

La bulle des petits : Le grand voyage (attention, coup de coeur !)

Il était une fois une petite fille, dans un petit village de Grèce, et une jolie robe, que lui avait cousu sa maman.

La petite fille et la robe s’adoraient et ne se quittaient plus : pour jouer, sauter à la corde, aller à l’école, faire du bateau, toujours ensemble. La petite fille rêvait de vivre quelque chose d’extraordinaire, mais la vie au village suivait son cours, rythmée par son quotidien, bien qu’enchantée par sa robe.

Jusqu’au jour du grand voyage : la petite fille et sa famille traversèrent l’océan, la robe précieusement emballée dans une malle. Mais à l’arrivée, la malle fut perdue, et la robe dut continuer son voyage sans la petite fille … Elle fit le tour du monde et vécu bien des aventures … Jusqu’à ce que la petite fille, qui entre-temps était devenue à son tour une maman, ne la retrouve, au hasard d’une vitrine d’un magasins de trésors, et ne la transmette à sa fille …

Quelle beauté que cet album !!! Je l’ai acheté pour ma Mini Louloute, mais c’est moi qui m’en régale le plus : les illustrations sont splendides, à couper le souffle. Les paysages fleuris et lumineux, pleins de petits détails, les personnages adorables et la robe, mon dieu, la robe ! Une merveille, dont le tissu se retrouve dans les deux premières pages entières, comme une toile de fond.

Une histoire belle comme un conte, sur ces objets d’enfance qui nous sont chers, sur la vie, les départs, l’immigration, et la transmission mère-fille. Une petite pépite, autant pour les illustrations que pour l’histoire, que ma fille et moi chérissons depuis son achat !

“Le grand voyage”, The Dress and the Girl , Camille Andros et Julie Morstad, Gallimard jeunesse, 2019

La bulle des petits : La grande fabrique de mots

Un album de chez Alice cette semaine, une maison d’édition belge qui propose toujours des albums et romans jeunesse de qualité, et avec qui j’ai le bonheur de collaborer depuis un petit temps maintenant !

Pour les dix ans d’un de leur album phare, “La grande fabrique de mots”, une réédition est sortie tout récemment, dans un petit format cartonné carré.

C’est une histoire très poétique, qui se déroule dans un pays imaginaire, où les gens ne parlent presque pas … La raison : il leur faut acheter leurs mots, sortis de La Grande Fabrique, et cela coûte très cher … Il faut aussi les avaler, pour pouvoir les prononcer. A moins d’être très riche, pas moyen de parler beaucoup donc …

Ceux qui n’ont pas d’argent fouillent parfois dans les poubelles.

Mais les mots jetés ne sont pas très intéressants : il y a beaucoup de crottes de biques et de fesses de lapins.

Parfois certains mots flottent dans l’air : il faut alors vite les attraper avec son filet ! Le petit Philéas en a recueilli quelques-uns, mais pas assez pour dire tout son amour à la belle Cybelle. Sera-t-elle sensible à ces quelques mots qu’il a gardé au chaud, “cerise”, “chaise”, “poussière” ? Cela suffira-t-il pour lui exprimer ce qu’il ressent ?

Un magnifique conte, qui en dit beaucoup sur l’importance du choix des mots, tout en finesse et délicatesse. Une métaphore poétique, qui peut ouvrir le débat avec les enfants sur les mots importants, les mots “poubelle”, la façon de communiquer les émotions, le tout servi par de superbes illustrations.

Un classique, dont le petit format est bien joli et agréable pour les petites mains !

“La grande fabrique de mots”, Agnès de Lestrade et Valeria Docampo, Alice Jeunesse, 2009 (réédition en petit format 2019)

La bulle des petits : “Le sais-tu ?” / “Paul et Antoinette”

Deux petites merveilles à vous partager, pour cette semaine de vacances, et avant mon départ demain pour la mer (du Nord, hein , ne rêvons pas trop de chaleur).

On commence par “Le sais-tu ? que tu ne dois pas tout savoir”, écrit par Mylène Vigneault et illustré par Maud Roegiers, dont j’adore le travail (et qui a dessiné le joli logo hibou de mon blog !).

Un album tout en douceur et poésie, où l’on dresse la liste de tout ce que l’enfant a le droit de savoir …. ou pas. Magnifiquement servi par les illustrations de Maud Roegiers, l’album fait le tour des injonctions qu’on a tendance à (trop) donner aux enfants, pour doucement le recentrer sur l’essentiel : être lui, être heureux, se faire confiance … et profiter de la vie … Un livre indispensable, porteur d’un très beau message !

On poursuit avec “Paul et Antoinette”, de Kerascoët, publié aux éditions de la Pastèque (coucou le Québec !). Paul et Antoinette sont frères et soeurs et vivent ensemble (intervention de mon Grand lecteur : “c’est trop bizarre” – soit). Paul aime l’ordre, la propreté, le calme, la solitude, lire tranquillou, bref, il est cosy. Antoinette fait des crasses partout où elle passe, adore jouer dehors, bouger, expérimenter (genre lécher un escargot – regard outré de mon Grand). Antoinette bouscule un peu Paul, le pousse à sortir de sa zone de confort, et si ça ennuie Paul au début, il finit par être bien content … Une chouette histoire sur des tempéraments fort différents, qui arrivent pourtant à vivre en harmonie, chacun apportant à l’autre un peu plus qui lui manquait … Les illustrations sont fraîches et colorées. Un petit coup de coeur familial (surtout l’épisode de léchage d’escargot, qui a déclenché son lot de beeeeeeeerk !).

Je n’ai malheureusement pas eu le temps d’écrire mon billet sur “Né d’aucune femme” (terrible !) et les deux romans de Maggie O’Farrell lus (un chouïa moins bien), ce sera donc pour mon retour de vacances (le teasing de fou).

“Le sais-tu ? Que tu ne dois pas tout savoir”, Mylène Vigneault et Maud Roegiers, Alice jeunesse, 2018

“Paul et Antoinette”, Kerascoët, La Pastèque, 2016

La bulle des petits :”Pombo courage”

Suite à mon billet sur les adorables “Truffe et Machin“, l’auteur Emile Cucherousset a eu la gentillesse de m’envoyer son nouveau petit roman à paraître, “Pombo courage”, illustré par Clémence Paldacci.

Pombo est un ours bien paresseux. il n’aime rien tant que traîner en pantoufles, manger et puis piquer un roupillon bien mérité. Il est aussi froussard, et quand son voisin Java lui demande son aide pour construire une cabane dans les arbres, Pombo n’a que des objections : c’est trop compliqué ! Trop difficile ! Trop fatiguant ! Et puis, il est fou ce Java, on pourrait bien se casser la figure … Mais Java insiste, il rêve d’un abri d’où il pourrait voir le lointain, et a besoin d’aide. Bon gré, mal gré, Pombo va se lancer dans la construction … un petit peu, avant de retourner dormir bien à labri dans sa cabane. Mais un orage gronde, et Java se retrouve en danger …

“Pombo courage” est un court petit roman qui fait mouche à tous points de vue : les deux ours sont très attachants, l’histoire simple mais efficace, et les thèmes abordés sont importants. L’amitié, l’entraide, la valeur du travail, mais aussi le courage et le dépassement de soi ressortent de cette histoire toute en douceur, magnifiquement illustrée par Clémence Paldacci.

Une histoire où deux ours complètements différents vont devoir s’entendre autour d’un projet commun : une cabane à réaliser. Et où un pantouflard un brin peureux va se découvrir courageux, face au danger.

A mettre entre toutes les petites menottes de 8 ans et plus !

Un tout grand merci à Emile Cucherousset et à Chloé Mary, des éditions MeMo !

“Pombo courage”, Emile Cucherousset et Clémence Paldacci, MeMo (Polynies), 2019, 48 pages

La bulle des petits: “Grand loup et Petit loup”/ “Bertille Bonnepoire a le cafard”

Troisième rendez-vous des petits lecteurs ! Avec les miens en vacances la semaine dernière, j’ai zappé l’article parce que c’était déjà du boulot de les gérer 😉

Cette semaine, deux petite pépites, et on commence avec “Bertille Bonnepoire a le cafard”, de notre Magali Le Huche adorée (maman de “Jean-Michel” et de bien d’autres albums merveilleux”). Bertille broie du noir, donc. Elle se trouve moche, grosse, elle n’a pas faim, n’a envie de rien, bref la déprime. Elle en délaisse même ses jolies fleurs sur le balcon, ce qui inquiète Monsieur Edmond, son voisin. Avec son chien Champion, celui-ci va concocter un stratagème pour entrer chez Bertille et voir un peu ce qu’il se passe. Et, qui sait, peut-être saura-t-il lui rendre le sourire ? Le dessin est, comme toujours, pétillant, et l’histoire autour des thèmes pas très folichons de la solitude et de la déprime réussit à nous donner du baume au coeur. Une réussite !

“Bertille Bonnepoire a le cafard”, Magali le Huche, Gallimard jeunesse (coll. L’heure des histoires), 2017, 4.90 €

Mais non, Bertille, tu n’es pas grosse, enfin !

Deuxième petit coup de coeur : “Grand loup et petit loup : la petite feuille qui ne tombait pas”. Où Petit loup tombe en amour avec une petite feuille dorée, bien haute sur un arbre. Alors, il demande à Grand loup d’aller la lui chercher (évidement). Mais Grand loup a un peu la flemme, alors il répond “attends, elle va tomber toute seule !”. Mais non. Et les saisons passent. Petit loup finit par tristement abandonner. Est-ce que ça vaut la peine d’aller la chercher, cette petite feuille ? Mais Grand loup n’a pas dit son dernier mot (et rien ne vaut la bouille heureuse de Petit loup, d’abord).

Une merveille de tendresse et de poésie, d’amour, d’amitié, de patience, de courage, bref, on l’adore à la maison !

“Grand loup et petit loup : la petite feuille qui ne tombait pas”, Nadine Brun-Cosme et Olivier Tallec, Les histoires du Père Castor, 5.50 €

Allez, Petit loup, sois patient, quoi

La bulle des petits : “Bleue et Bertille” / “Les deux maisons”

Après les retours positifs sur mon article jeunesse de la semaine dernière, je suis bien motivée pour faire du mercredi un rendez-vous régulier, pour vous présenter des petites pépites ! Cette semaine, deux albums que j’aime beaucoup …

J’ai acheté “Bleue & Bertille” pour ma Mini Louloute qui est fan des girafes. Cet album coloré et joyeux raconte l’histoire de Bertille, une girafe qui a un matin une panne de réveil et se retrouve seule. Le reste du troupeau est déjà parti et Bertille, sans sa petite routine de “scrounch scrounch” aux arbres et de siestes, se retrouve perdue. Elle rencontre alors Bleue, une autre girafe … mais bleue. Bizarre … Bleue propose de raccompagner Bertille, et lui fait découvrir un nouveau chemin, traverser un troupeau de zèbres, lui montre des tas de nouvelles choses à voir. Malgré sa différence, Bleue trouve sa place immédiatement dans le troupeau de Bertille. Une nouvelle amitié est née ! Cet album est une petite pépite sur la différence, l’amitié et l’ouverture aux autres. Mes enfants et moi avons adoré ces petites girafes toutes mimis et les dessins joyeux, aux couleurs vives. Encore une petite merveille de chez Little Urban, comme la semaine dernière !

“Bleue & Bertille”, Kristyna Litten, Little Urban, 2016

Le deuxième album de ce mercredi, “Les deux maisons”, est un de mes indispensables, aussi bien avec mes enfants qu’avec les classes, à la bibliothèque où je travaille. J’adore le raconter aux enfants …

Adapté d’un conte grec, c’est l’histoire d’un p’tit vieux, qui est tout en sel, et de sa p’tite vieille, toute en sucre. Ils vivent ensemble ans une petite maison en sel, ils s’aiment, mais n’arrêtent pas de se disputer … Et un jour, c’en est trop, le p’tit vieux met sa p’tite vieille dehors.

“Fiche-moi l’camp ! Va te faire une maison en terre !”, dit le p’tit vieux. Et la p’tite vieille, toute triste, s’en va en pleurant … Après une tentative de réconciliation ratée, le ciel se met à pleurer à la place de la p’tite vieille … et fait fondre la maison en sel du p’tit vieux , qui court se réfugier dans la maison en terre … Nos deux petits vieux, tout mouillés, s’embrassent … et restent collés … Une fois détachés, après le baiser, le p’tit vieux en sel, avait la bouche en sucre … et la p’tite vieille en sucre, avait la bouche tout en sel … et, depuis, ils sont toujours d’accord !

Moralité :
Dans la vie de couple, il faut savoir mettre de l’eau dans son vin, pour continuer à se faire des baisers sucrés-salés !

Un conte superbe, un message de tolérance, sous la forme d’une jolie histoire, avec un texte tout en répétitions, et des illustrations super originales. C’est une de mes histoires préférées, elle est géniale à raconter. Cet album fait partie de la série “A petits petons” de Didier Jeunesse, collection à acheter les yeux fermés, toujours impeccable, et qui se base beaucoup sur des contes du monde entier.

“Les deux maisons”, Didier Kowarsky et Samuel Ribeyron, Didier Jeunesse (A petits petons), 2011

La bulle des petits: “Truffe et Machin” / “Papa est rentré”

Entre deux billets de romans, j’ai envie de vous présenter quelques lectures pour les petits, des albums ou petits romans que je teste à la maison, avec mes deux minis lecteurs de 6 et 8 ans. Je sais que ce genre de chronique passionne moins les foules, mais “qui lit petit, lit toute la vie”, et c’est quelque chose d’important pour moi, en tant que mère et en tant que bibliothécaire, de promouvoir la littérature jeunesse …

Voici donc nos récentes découvertes :

On commence avec “Truffe et Machin”, un charmant petit roman paru aux éditions MeMo, d’Emile Cucherousset et illustré par Camille Jourdy (“Rosalie Blum”, vous connaissez ? C’est elle). Ce sont trois histoires de deux frères lapins, Truffe et Machin, qui sont en panne de bêtise. La situation est grave ! et si ils attrapaient une idée lumineuse, avec un filet ? Ou leur ombre, au lasso ? Mais c’est pas tout ça, Truffe a faim. Et maman ne va pas être contente s’ils rentrent trop tard …

Les illustrations sont pleines de malice et de douceur, ces deux frères sont adorables. Les histoires sont rigolotes, un peu poétiques mais pas trop, bref c’est une jolie découverte ! Mon grand de 8 ans a bien aimé que je lui lise ces histoires (un poil trop longues juste avant le coucher tout de même ;-). “Vagabondages à partir de 7 ans, plus ou moins”, dixit la quatrième, mais je conseillerais plus pour les 8-9 ans. Un grand merci aux éditions MeMo pour l’envoi !

Deuxième pépite cette semaine, l’album “Les enfants, papa est rentré !” où l’on suit papa taupe, bien crevé après le boulot, et qui ne retrouve plus ses lunettes. Myope (comme une taupe), il ne retrouve plus le chemin de  son terrier adoré, où l’attendent maman taupe et les enfants. Il creuse, il creuse, mais se retrouve au pôle nord, chez les crocodiles, les lapins, ou les hiboux … 

Mini louloute a trouvé tout de suite les lunettes de papa taupe, ce distrait

Les dessins sont colorés et rigolos, le texte a des répétitions bienvenues pour les petits (“Je suis rentrééééééé !” – ah, ben non), et les détails dans les dessins raviront les plus grands, comme ci-dessous :

lectures de la famille Hibou : Don Quichouette , Herculule Poirot ou Hibou Potter – j’adore !

Un chouette album pour les 4- 5 ans, bourré d’humour et de tendresse ! J’aime beaucoup les albums de Little Urban !

  • “Truffe et Machin”, Emile Cucherousset et Camille Jourdy, MeMo éd. (petite polynie), 2017, 68 pages.
  • Les enfants, papa est rentré ! , Jarvis, Little Urban, 2018

Dites-moi, ce genre de billets lecture pour les petits vous intéresse-t-il ?

Un rendez-vous jeunesse tous les mercredis vous tente ?

Monsieur Fée

“Monsieur Fée” m’avait tapé dans l’oeil sur le stand de son éditeur, au Salon du livre jeunesse de Bruxelles. Alors, quand il est apparu dans la liste Masse Critique Jeunesse de Babelio, j’ai foncé dessus, et j’ai eu le bonheur de le recevoir !

C’est donc l’histoire d’un petit éléphant, Monsieur Fée, qui vit dans la forêt avec toutes les autres fées. Il y a la Fée Bisou, la Fée des Bobo, la Fée du Courage … Chacune a un don particulier. Monsieur Fée, lui,  est un peu ronchi-ronchon parce que ses tours ratent toujours. Ses coups de baguette magique ne guérissent pas, ils changent les arbres en barbe à papa (tu parles d’un don sérieux). Il n’arrive qu’à chatouiller les autres, bref, il ne sert à rien. (suite…)