Pas grand-chose à chroniquer cette semaine, je suis plongée dans “Orange amère” d’Ann Patchett, et j’adore ! Je vous en parle bientôt … En attendant, je reprends le tag lancé par Marie-Claude avec plaisir !

REFUS D’ABANDONNER À LA MOITIÉ

Pas du tout ! Je sais assez vite si le livre va me plaire, si l’auteur a une voix qui me porte. Si je n’accroche pas, je ne me force pas (ou plus). Il y a tant à lire !

ACHETEUR DE LIVRES COMPULSIF  

Complètement : malgré mon statut privilégié de bibliothécaire, je continue à acheter des livres, mais j’essaie de privilégier les formats poches, ou de fouiner des heures dans ma librairie d’occasion favorite (ce petit coup au coeur quand je tombe sur un livre que je cherchais absolument !). Je ne peux pas juste emprunter les livres au boulot, il me FAUT certains, pour pouvoir corner les pages comme je veux, les prêter, les relire, bref, je les veux à moi !

TENIR UN JOURNAL DE LECTURE  

Ce blog est, clairement, mon journal de lecture, même si je ne chronique pas tout. Je tiens aussi depuis l’an dernier un carnet où je liste simplement les titres lus, pour avoir une idée de mon “score” final en fin d’année 😉

ÊTRE REBUTÉ PAR LE BATTAGE MÉDIATIQUE

Alors là, oui, et c’est assez récent. Autant je vais noter un titre vu quelques fois avec des critiques positives sur les blogs amis, et être impatiente de le lire, autant je vais faire un gros rejet d’un bouquin que je vois PARTOUT sur Instagram. Comme si tout le monde le lisait vite vite, pour ne pas être à la traîne, pour mettre LE livre du moment sur sa page. Alors, là ça me saoûle et je passe. En général sans regrets …

CULPABILITÉ ASSOCIÉE AU TEMPS CONSACRÉ À LA LECTURE

Là c’est plutôt une culpabilité pour les moments où je ne lis pas … je traîne trop sur les blogs, sur Instagram, ou devant Netflix, alors que je pourrais lire (et faire avancer ma PAL).

PRÊTER DES LIVRES QUE L’ON NE NOUS REND PAS

Non, j’ai la chance (ou la clairvoyance) de prêter à ceux qui me rendent toujours mes livres – coucou Paule et Mélanie !.

TENDANCE À LIRE PLUTÔT QU’À VIVRE

Moins depuis que j’ai des enfants qui me forcent à sortir le nez de mes bouquins, mais c’était le cas quand j’étais ado … J’étais le genre de fille qui préférait lire à plat ventre sur son lit plutôt que de sortir en boîte (faut-il en déduire que je n’ai pas vécu ?).

ÊTRE SÉDUIT PAR LES NOUVEAUX LIVRES

Tout le temps ! Je ne fais que noter des titres ! C’est inépuisable (et tant mieux).

SUBMERGÉ PAR LE NOMBRE DE LIVRES CHEZ SOI 

Ma pile à lire “urgente” est au salon, l’autre dans ma bibliothèque … Bon, y a des bouquins sur tous les appuis de fenêtre et mon fils prend le relais avec ses BD, donc oui, je considère que l’invasion est faite.

INCAPACITÉ À RETROUVER UN LIVRE

Jamais ! Et puis c’est mon boulot de bibliothécaire 😉

NE PAS SAVOIR QUELS LIVRES EMPORTER EN VACANCES 

J’en prends souvent trop, de peur de manquer si il y en a qui ne me plaisent pas. Je lis souvent des petits polars faciles et pas trop sanglant, du genre Camilla Läckberg. J’aime bien emporter de bons gros pavés, même si la raison voudrait que je prenne des petits poches. Pour mon futur voyage au Québec, je compte bien laisser de la place dans ma valise pour tous les trésors que je vais y découvrir !

9 Comments on Ces maladies des grands lecteurs …

  1. J’aime bien ce petit tag, très sympa ! Nous sommes tous atteints d’une façon ou d’une autre et c’est tant mieux !!! Nouvelle maladie : partager toutes ces lectures avec sa BFF 🙂 🙂

  2. Je ne t’ai pas perdue, en dépit du déménagement. Oui, ce tag a diverses versions, j’ai pris le livre d’origine, mais on fait comme on veut!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *