On voit fleurir la magnifique couverture de ce premier tome de la Saga des Cazalet un peu partout en ce moment, dans la presse et surtout sur Instagram. Ecrit en 1990 et très connu en Angleterre (il y a même une série télé avec …. Hugh Bonneville, Mr Downton Abbey !), la saga vient seulement d’être traduite en français, et le livre est sorti en mars …

Il faut dire que c’est un livre qui fait envie : roman-fleuve prévu sur quatre tomes (jusqu’en 2023 !), couvrant 20 ans d’histoire anglaise, de 1938 à 1958, cette saga raconte la vie d’une famille aisée, les Cazalet, et de leurs domestiques. Ce premier tome débute en 1938 : la guerre n’est si pas loin derrière et pourtant on entend les bruissements de la prochaine qui arrive …

Impossible de vous résumer les intrigues, il y en a trop. Sachez que les Cazalet ont trois fils, mariés à trois femmes fort différentes, avec une ribambelle d’enfants, ainsi qu’une fille célibataire. Les domestiques ont droit eux aussi à leurs chapitres, même si les liens avec la famille ne sont pas aussi étroits que dans Downton Abbey. Voilà, la référence est lâchée ! Je venais d’engloutir les six saisons de cette merveilleuse série, et j’espérais être aussi emballée par les Cazalet. J’espérais, j’attendais, le coup de coeur …

Si j’ai beaucoup apprécié ma lecture, ce ne fut pas l’enthousiasme escompté. Il m’a fallu presque 200 pages (sur plus de 500) pour réellement être “dedans” et me passionner pour toutes ces micro histoires. L’auteur passe sans cesse d’un personnage à un autre, d’une domestique à un enfant, du jardinier au patriarche, et il faut s’accrocher pour s’y retrouver.

Là où j’attendais de grandes péripéties passionnantes, j’ai trouvé une chronique de vie faite de petits événements. Une fois cette déception passée, je me suis prise d’affection pour les personnages, certains plus que d’autres. J’ai énormément aimé ceux des trois épouses des Cazalet, si différentes, ainsi que les voix des petites filles, Louise et Polly en tête.

Parlons enfin de l’objet-livre en lui-même, et rendons hommage au travail des Editions de la Table Ronde qui se sont surpassés ici. la couverture, superbe, est le travail de Mathieu Persan (que l’on voit partout : de l’affiche “Restez chez vous” à celle de la prochaine tournée de Benjamin Biolay).

Mathieu Persan on Twitter: "Il n'a jamais été plus facile de ...
Avis de passage : The BB King Blues Band, Benjamin Biolay, Hania ...

Le papier crème est lisse et doux. Au début du livre, il y a un arbre généalogique de la famille et des liens entre personnages (et j’ai dû m’y référer plus d’une fois !). Petit cadeau : une fois le roman achevé, on découvre les premières pages du second tome, prévu pour l’automne, qui commencera en 1939, au début de la guerre …

“Étés anglais” possède un charme suranné et, bien sûr, très british. Que ceux qui comptaient se jeter dessus ne soient pas le moins du monde refroidis par mon avis : je pense que j’en attendais trop.

Une belle lecture donc, mais un peu moins addictive que ce que j’en avais espéré.

“Etés anglais”, Elizabeth Jane Howard, 2020, 557 p.

4 thoughts on “Étés anglais, Elizabeth Jane Howard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *