Juil 052019
Le coeur cousu, Carole Martinez

Ceux qui me connaissent un minimum se douteront que j’ai acheté cette (magnifique) édition collector pour sa couleur, son titre poétique, son papier tout fin, son dessin de couverture, mais aussi pour un lointain écho dans ma mémoire de “coup de coeur” sur les blogs.

Entrer dans ce roman, c’est accepter de se laisser emporter loin, en Espagne, dans de touts petits villages des montagnes, et de loucher du côté d’un certain réalisme magique. L’histoire de Frasquita, qui reçoit de sa mère une boîte mystérieuse. La boîte se transmet de fille en fille depuis des générations, et contient le destin de chacune. Pour Frasquita, ce sera la couture.

Maman n’a jamais su écrire qu’à l’aiguille. Chaque ouvrage de sa main portait un mot d’amour inscrit dans l’épaisseur du tissu.

La jeune fille se révèle une prodige de l’aiguille, capable de transformer un morceau de chiffon en une robe féerique. mais ce destin est aussi une malédiction, comme Frasquita le découvrira , tout au long de sa vie mouvementée. C’est par la voix de Soledad, la dernière de ses filles, que son histoire nous est contée. Une histoire de soleil brûlant, d’amour, de mariage, de maternité, une histoire où l’on croise un ogre, une petite fille qui luit, un meunier fantôme, des combats de coqs, des révolutionnaires.

C’est un roman foisonnant, éminemment poétique, aux personnages dignes d’un conte de fées. Empreint de merveilleux, le livre fait partie de ceux qui nous absorbent totalement, que l’on est pressé de retrouver à nos moments de libre. Ces personnages, surtout les féminins, sont dignes d’une grande saga, et, surtout, le style est sublime. Carole Martinez, dont c’était le premier roman, possède une voix, une écriture, superbes et qui m’ont totalement emportée.

Un coup de coeur.

“Le coeur cousu”, Carole Martinez, Folio, 448 pages, 2007


Reader Comments

Write a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *