Il y a parfois des romans qui, en à peine un paragraphe, se sont déjà faufilés jusqu’à votre coeur. Où l’on sent venir le coup de foudre à plein nez. Ce premier roman de Constance Joly en fait partie. Bien que vu et revu sur Instagram (critère qui a tendance à me faire fuir), je l’ai emporté un jour de trouvailles chez Pêle-Mêle, ma librairie d’occasion chouchoute. Sans doute mon inconscient avait-il néanmoins retenu quelque chose de toutes chroniques aperçues. Et comme j’ai bien fait !

C’est l’histoire d’Alma, et de sa fille Billie. Elle est malade, personne ne sait ce qu’elle a, un mal étrange qui lui comprime la poitrine, peut-être une tumeur. A l’hôpital depuis plusieurs mois, elle s’étiole lentement. Alma a une intuition, une idée incroyable, et d’ailleurs personne ne la croit : elle le sent, un chardon pousse dans les poumons de Billie, et l’étouffe. “On est pas chez Boris Vian”, lui dit son mari. Alma n’en démord pas … et si c’était à elle de sauver sa fille ?

Une histoire sensible, de transmission entre mère et fille. Un langage immensément poétique, imagé, mais qui coule pourtant de source, et qui m’a enchantée. Des phrases si belles, à noter dans un petit carnet. De quoi souffre Billie ? Et Alma ? Quel est ce mal qui, rongeant la mère, s’est insinué dans la poitrine de la fille ?

Admirer la vie et s’en sentir dépossédée. Est-ce cela la mélancolie ?

Je peine à vous parler de ce roman, je ne sais comment vous en faire ressentir la beauté. C’est une petite bulle de sensibilité, d’amour, de poésie. Alma, avec ses valises invisibles qui l’alourdissent. Billie, si proche de sa mère. Jean, délaissé et malheureux.

C’est un livre sur les liens parents-enfants : c’est bien connu, les enfants sont des éponges, qui absorbent les sentiments de leurs parents … Billie et Alma sont si proches, trop peut-être. Pour que la fille guérisse, il va falloir que la mère change …

Un roman sensible, où le surréalisme un peu magique m’a touchée en plein coeur. Une très belle écriture et un premier roman enchanteur !

“Le matin est un tigre”, Constance Joly, Flammarion, 2019, 153 pages

2 thoughts on “Le matin est un tigre, Constance Joly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *