Mar 112019
Les gratitudes, Delphine de Vigan

Bon, me revoilà victime de la célèbre loi du “si j’en attends trop, je serai déçue” … Attention, cet article risque de différer un peu des autres, dithyrambiques, qui fleurissent déjà sur la Toile. Ne vous méprenez pas : j’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman, que j’ai trouvé bien écrit et assez touchant mais … sans plus. Or, Delphine de Vigan étant une des auteures préférées, j’ai des attentes immenses pour ses livres …

Damned ! Il m’a manqué un petit quelque chose de plus profond, et je m’étonne de lire ici ou là que c’est “le meilleur livre de Delphine de Vigan” car, pour moi, ses meilleurs restent “Rien ne s’oppose à la nuit” et “D’après une histoire vraie”, qui, l’un comme l’autre, m’avaient retournée émotionnellement et éblouie par leur construction.

Ce nouveau roman est tout à fait dans la continuité des “Loyautés” : court, bien écrit, profondément humain. Mais là où ce dernier m’avait beaucoup touchée, je suis restée un peu en-dehors de ces “Gratitudes” …

Michka, vieille dame en maison de repos, souffre d’aphasie : elle perd ses mots, les confond, les remplace par d’autres … Jérôme est l’orthophoniste qui la suit, et il se prend d’affection pour cette belle âme … Sans oublier Marie, que Michka a pratiquement élevée, qui lui rend visite. C’est un roman sur “les gratitudes”, ce que l’on doit aux autres. Marie, que la veille dame a pris sous son aile, petite. Michka, qui a été recueillie pendant la guerre, enfant, par un couple sans nom, à qui elle n’a jamais pu dire merci. Un roman sur la vieillesse, aussi. Ce que l’on perd.

Voilà donc ce qui t’attend, Michk’ : des petits pas, des petits sommes, des petits goûters, des petites sorties, des petites visites. Une vie amoindrie, rétrécie, mais parfaitement réglée.

Le roman, bien que traitant d’un thème grave, est parsemé de petites touches d’humour, sous la forme des mots de Michka, ses lapsus.

– Bon, allez, Michka, au travail ! Ecoutez bien : antiquaire, disquaire, libraire, ébéniste … Quel est le terme générique qui les relie ?

– La disparition ?

Au final, un roman choral touchant, mais pas assez pour moi. Et puis trop court aussi, même pas 200 pages … J’ai lu que beaucoup le lisaient en pleurant … j’en suis loin ! Même si j’ai passé un excellent moment de lecture, et c’est sans doute déjà beaucoup …

Et vous, quel est votre avis sur ce livre ? Déçu ou ravi ?

“Les gratitudes”, Delphine de Vigan, JC Lattès, 172 pages, 2019


Reader Comments

  1. J’hésite j’hésite à le lire, je crois qu’il faut que je me fasse ma propre opinion…. J’ai remarqué que souvent je suis à contre courant des avis dithyrambiques …… Peut être que je deviens trop exigeante…..

    1. Tout pareil … mais je pense que c’est normal que les livres encens Créent plus d’attentes … et donc potentiellement des déceptions ! Il vaut le coup hein,mais je ńai pas été touchée comme je l´espe

  2. J’ai été ravie de cette lecture, mais pas au point d’en pleurer non plus (et pourtant je suis bon public question larmes). Un joli moment, bourré de tendresse. 🙂

  3. La fin est trop happy end à mon gout mais j’ai été bouleversée par ce livre et par la dignité qui apparait entre les lignes sur les personnes âgées. Elle leur confère une très grande dignité et ça c’est magnifique. Et puis Jérôme qui aime son métier, sa patientèle…. ça m’a remuée.

  4. Je ne crois pas que je le lirai… Ou alors pas tout de suite. 200 pages je trouve que c’est court. Il me semble qu’elle écrit de plus en plus de livres courts.

  5. mon seul bémol c’est la fin trop optimiste mais l’histoire m’a beaucoup touchée, une excellente lecture sans être un coup de cœur

  6. Je n’ai pas aimé Rien ne s’oppose à la nuit, par conséquent, je ne me risque plus à la lire. Néanmoins, le thème de celui-ci me tente. Mais les Happy end me rebutent. Voilà, je ne sais pas si je le lirai…

Write a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *