Août 272019
Mon année de repos et de détente, Ottessa Moshfegh

Rien que la couverture, avec cette jeune femme alanguie à l’air lasse, m’attirait beaucoup, et j’ai eu la chance de recevoir ce drôle de roman dans le cadre de la sélection du Grand Prix des Lectrices Elle. Roman assez étrange, avec un personnage central pas forcément sympathique, qui m’a d’abord profondément énervée, puis qui s’est révélé plus profond qu’il n’y paraissait.

L’héroïne, une jolie jeune femme récemment diplômée, décide “d’hiberner” pour un an dans son appartement de New-York. Abrutie de médicaments, de somnifères, se nourrissant à peine entre deux réveils, ne mettant plus le nez dehors et ne recevant que la visite occasionnelle d’une amie qui l’insupporte, la jeune femme sombre dans une torpeur de “repos”, une douce routine faite de vidéos à la chaîne, se détachant peu à peu de la société.

Quel étrange roman ! J’avoue avoir détesté cette jeune femme, au début du livre. Je ne la comprenais pas, et l’envie de la secouer me titillait. Au fil de ma lecture, mon empathie a grandi, devant le passé familial et les déconvenues sentimentales sordides de l’héroïne.

En plaçant son intrigue au début de l’année 2000, l’auteur profile devant nous l’ombre du 11/09/2001, que l’on voit arriver inéluctablement. A travers le regard désabusé de cette jeune américaine, c’est toute une société qui est passée au crible : travail monotone, amitiés superficielles, relations amoureuses décevantes, famille toxique et solitude immense. 

“C’est ainsi que j’ai compris que le sommeil avait un effet : je devenais de moins en moins attachée à la vie. Si je continuais comme ça, me disais-je, je finirais par disparaître complètement, puis je réapparaîtrais sous une forme nouvelle. C’était mon espoir. C’était mon rêve.”. 

Un roman qui pose question, qui interroge sur toute une génération, à travers une intrigue quasiment existentialiste, et une héroïne désabusée.

Une réussite, et ma lecture préférée (jusqu’à présent) dans la catégorie Roman du Prix Elle !

“Mon année de repos et de détente”, My year of rest and relaxation, Ottessa Moshfegh, Fayard, 2019, 299 pages


Reader Comments

Write a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *