IMG_20180924_144645.jpg

Je manque de temps pour venir à bout (ou tenter !) de mes envies de lecture … elles s’enchaînent et je parviens péniblement à avancer dans le train, quand la fatigue ne me fait pas somnoler contre la vitre …

Malgré cette PAL débordante, j’ai tout de même tenté ma chance lors de l’édition “littérature” de Masse Critique sur Babelio (on est accro aux bouquins ou on ne l’est pas, ma bonne dame) et paf, j’ai gagné le nouveau roman de Julia Glass, auteur dont j’ai entendu beaucoup de bien.

A la mort prématurée du célèbre auteur de littérature jeunesse Morty Lear, son assistante Tommy croule sous les devoirs : que faire de cette belle “maison parmi les arbres”, comment gérer l’Oeuvre, et surtout quelles décisions prendre quant au biopic en attente de tournage ? L’acteur Nick Greene, la coqueluche du moment, s’est vu attribuer le rôle de Morty et devait venir le rencontrer … Tommy, qui était devenue un “tout” pour Morty : secrétaire, gouvernante, confidente, amie, etc, reçoit le célèbre acteur avec appréhension, tandis qu’elle découvre peu à peu les secrets enfouis de celui qu’elle croyait si bien connaître …

C’était mon premier livre de Julia Glass et j’ai mis un certain temps à rentrer dedans : l’écriture m’a paru un peu confuse au début. Julia Glass use et abuse des parenthèses, ce qui peut en agacer certains mais qui est un procédé qui m’enchante, je ne sais pas pourquoi. Je me suis néanmoins un peu perdue dans les nombreux personnages, ais-je été inattentive ? J’ai eu des difficultés à me passionner pour cette histoire pendant sa première partie, puis, une fois bien lancée, j’étais dedans.

– J’écris pour les enfants, et si mon histoire est réussie, je suis à moitié un enfant. Ou un enfant tout entier, Dieu seul le sait ! Les gens prétendent que les auteurs de livres pour enfants sont des gosses qui ne savent toujours pas ce qu’ils veulent faire plus tard. Mais cela signifie que j’agis plus par instinct que vous, alors que vous avez peut-être la moitié de mon âge. Quelque chose, je l’appelle mon petit diable interne, me dit qu’il est temps de révéler cette histoire. Il se trouve que vous en êtes le receveur, tout ça parce que vous, ou vos chefs, avez décidé que c’était le moment de publier un article flatteur sur Mort Lear. Pas sûr que vous teniez l’article flatteur, hein?
– Eh bien, non. À mon avis, il ne l’est certainement pas.
– Quoi qu’il en soit, tout est une question de timing. En amour. À la guerre. Quand on raconte son histoire. »

C’est un roman assez exigeant, autant au niveau de l’écriture que de l’intrigue : il faut prendre son temps pour en apprécier pleinement la lecture … Je l’ai terminé sans déplaisir mais ce ne fut pas un coup de coeur : je ne me suis pas sentie assez emportée par l’histoire.

J’ai néanmoins mis la main sur deux autres titres de Julia Glass, “Refaire le monde” et “Louisa et Clem”, pour retenter le coup 😉

Un grand merci à Babelio et aux éditions Gallmeister !

 

“Une maison parmi les arbres”, Julia Glass, Gallmeister, 2018

12 Comments on Une maison parmi les arbres, Julia Glass

  1. J’avais tenté le coup, il y a un bail, avec “Refaire le monde”. Une rencontre manquée. Le style ne m’a pas accroché et l’histoire me paraissait trop guimauve pour moi. Aussi, qu’elle soit publiée chez Gallmeister m’a étonnée, voire intriguée. Mais vu ce que tu en dis, je vais passer mon tour! Et… ce n’est pas comme si je manquais de lecture!

  2. J’ai trouvé ton avis (et ajouté le lien chez moi). Je ne saurais trop te conseiller de découvrir ses précédents romans, pas trépidants, mais tellement agréables à lire (enfin, à mon goût)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *